Bukavu: la société civile déplore la vente des parcelles sur les 10m des rives du Lac-Kivu

Plusieurs acteurs de la société civile dans la ville de Bukavu alertent sur la vente des parcelles sur les dix mètres de rive du Lac-Kivu situés aux abords de la route qui est en pleine réhabilitation à partir de la société Pharmakina jusqu’à l’escalier conduisant vers l’Institut Bwindi dans la commune de Bagira.

Dans plusieurs messages d’alerte parvenus à la rédaction de Radio Maendeleo, ces acteurs de la société civile dénoncent le fait que des endroits qui devraient être protégées au profit de l’environnement ou de la beauté du la ville sont attribués à des particuliers.

Ils regrettent de voir que jusqu’à ce jour, une parcelle qu’aurait acquise un député provincial est déjà clôturée en tôles et le propriétaire a élargi sa clôture jusqu’à plus de 10m à l’intérieur du Lac-Kivu.

Il faut pourtant noter que dans un arrêté signé le 28 Aout 2019 portant assainissement des agglomérations urbaines et rurales au Sud-Kivu, le Gouverneur Théo Ngwabidje Kasi a interdit des constructions à plusieurs endroits notamment les 10m de rive du Lac-Kivu.

Des acteurs de la société civile qui ont joint la rédaction de Radio Maendeleo se plaignent de voir que les personnes qui devraient faire respecter cet arrêté sont les premières à le violer au vu et au su des services compétents du gouvernorat.

L’un d’eux et président de la société civile sous-noyau du quartier Lumumba dans la commune de Bagira Alain Shindano appelle les autorités à prendre des mesures qui s’imposent pour interdire ces pratiques.

« … nous sommes étonnés de trouver que des individus sans foi ni loi sont en train de distribuer des parcelles en désordre dans la ville de Bukavu. Ils savent comme nous tous que la ville de Bukavu est toujours exposée à des catastrophes naturelles qui causent morts d’hommes. Nous ne pouvons pas accepter que cela continue. Aujourd’hui, on voit même un individu construire à seulement cinq mètres entre la route principale et le Lac-Kivu. Malheureusement il est allé plus loin jusqu’à plus de 20 mètres à l’intérieur du Lac-Kivu et pour preuve, ces ouvriers utilisent des pirogues pour construire. C’est pas acceptable. Et selon même les informations à notre disposition, tout l’espace compris entre la Pharmakina et l’entrée de l’Institut Bwindi est déjà vendu à des individus. Nous nous pensons que ce sont des espaces qui devraient être réservés à la verdure pour la beauté de la ville de Bukavu… », se plaint Alain Shindano Président de la société civile sous noyau du quartier Lumumba dans la commune de Bagira.

D’autres acteurs appellent le Gouverneur à s’impliquer pour vérifier même jusque dans les endroits occupés par les propriétaires des ports d’accostage et d’autres personnes qui ont construit aux abords du Lac-Kivu car, estiment-ils, nombreux ont empiété les eaux du Lac.

Nos efforts pour entrer en contact avec le Ministre provincial de l’urbanisme et habitat n’ont pas abouti car, selon ses collaborateurs, il serait en déplacement en dehors de la province.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top