Procès Kokodikoko: le Ministère public requiert la servitude pénale à perpétuité pour trois prévenus

Le Major Yoma Mukoko Apollinaire, Représentant du Ministère public dans le procès contre le chef rebelle Frédéric Masudi Alimasi alias Kokodikoko et cinq de ses coaccusés requiert la peine de servitude pénale à perpétuité contre trois des personnes poursuivies et l’acquittement pure et simple.

Ceux qui devraient être condamnés à cette prison à vie sont les prévenus Frédéric Masudi Alimasi alias Kokodikoko, Mwilo Katindi et Samitamba Makese Raphael alias Kaburi Wazi alors que les prévenus Mukulukilwa Mubake Justin et Shabani Muganza Nonda devraient être relaxés par le Tribunal.

Selon le réquisitoire prononcé à l’audience de lundi 28 octobre 2019, le Ministère public a développé son argumentaire en démontrant que les trois premiers prévenus ont effectivement commis les infractions pour lesquelles ils sont poursuivis.

Il s’agit de l’infraction de crime contre l’humanité par viol, torture, meurtre, esclavage sexuel, disparition forcée et autres actes inhumains notamment par pillage et destruction des biens.

Selon le même réquisitoire, ces prévenus se sont organisés à travers le groupe mai mai Kokodikoko jusqu’à perpétrer des exactions contre plus de trois cents victimes dont des enfants et des femmes dans le village de Kabikokole en territoire de Mwenga ainsi que plus de quinze villages environnant Kigulube en territoire de Shabunda.

Dans le même sens, le Ministère public estime que les faits tel que documentés tout au long de la procédure prouvent à suffisance que ces prévenus étaient activement impliqués dans ces attaques contre la population et devraient donc être condamnés.

En rapport avec les demandes des parties civiles concernant la réparation des préjudices, le Ministère public a demandé que le tribunal les juge recevables et fondées et y faire droit.

En ce qui concerne Mukulukilwa Mubake Justin et Shabani Muganza Nonda, l’organe de la loi estime que les preuves ne sont pas suffisantes pour démonter leur implication dans ces attaques. C’est ainsi que leur relaxation a été sollicitée.

A l’issue de l’audience, le Tribunal a pris acte du réquisitoire. Les audiences se poursuivent mercredi 30 octobre avec les plaidoiries de la partie défenderesse puis les répliques et contre réplique vendredi 1er novembre et immédiatement la prise du dossier en délibéré dans le délai légal.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top