Bukavu: l’état du centre médical de la prison centrale est pitoyable; l’État doit intervenir

Le personnel soignant de la Prison Centrale de Bukavu demande au gouvernement provincial de s’impliquer pour que soit construit un Centre Médical répondant aux normes requises en vue d’améliorer la qualité des soins accordés aux détenus.

Dans un entretien avec Radio Maendeleo, le chef du Staff Médical de cette maison carcérale le Dr Muhindo Musimwa Pamela indique que les locaux prévus pour les soins des malades sont dans un état de vétusté et qui ne leur permet d’administrer des soins de qualité.

A en croire notre source, cinq locaux sont disponibles pour cette fin mais tous sont dépourvus des lits et autres matériels pour la prise en charge des détenus malades. Suite à cette situation, les médecins et infirmiers sont obligés de poser les quelques matelas disponibles à même le sol et certains détenus dorment sur des nattes.

Dr Muhindo Musimwa Pamela demande au gouvernement provincial et aux partenaires d’intervenir dans l’urgence pour décanter la situation.

« la manière dont nous administrons les soins aux détenus n’est pas conforme à la loi et ne respecte pas les droits de la personne humaine. Si le gouvernement a trouvé que c’est mieux d’avoir un service médical à la prison, il faut que ce service soit muni des outils nécessaires pour la prise en charge des détenus. En tout cas nous voulons qu’on puisse voir comment réorganiser le système des soins à la prison. Aujourd’hui la prison renferme plus de 1 500 personnes, la prison a ses spécificités. Et vous devez savoir que soigner les détenus c’est nous exposer à des risques, c’est très stressant. Si on a jugé que les médecins y soient affectés, on doit y mettre un cadre bien spécifié pour la prise en charge de ces détenus. Essayer de visiter le cadre dans lequel nous travaillons, c’est déplorable ; vous pouvez verser les larmes. Même là où nous hospitalisons les détenus, ça n’a rien à voir avec un hôpital. Même le cadre dans lequel nous les consultons n’est pas digne d’un médecin. Les détenus n’ont même aucun respect pour nous et des noms nous ont été collés. Et puis quand ils estiment qu’ils ne sont pas bien pris en charge, ils deviennent agressifs. Il est temps que l’Etat trouve des solution », insiste le Médecin Chef de Staff à la Prison Centrale de Bukavu.

Et dans une correspondance signée par son Président Zozo Sakali, le Bureau Urbain de la Société Civile demande au Gouverneur de prévoir une ligne spéciale dans le budget de la province afin de prendre en charge de manière efficace les détenus.

Selon l’esprit de ce document, cette structure citoyenne note que la prison centrale de Bukavu est devenue un mouroir au lieu de servir à la rééducation des détenus. Zozo Sakali appelle le Gouverneur à effectuer une descente dans cette maison carcérale pour s’enquérir personnellement de cette situation.

Signalons que la Prison Centrale compte actuellement 1 849 détenus dont 52 femmes, 14 nourrissons, et 48 mineurs parmi lesquels 46 garçons et 2 filles à en croire la situation journalière des détenus affichée lundi 14 octobre au valve placé à son entrée.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top