Sud-Kivu: les agents de l’Inspection de la Santé veulent la tête de leur chef Emery Lumoyo

Les agents de l’Inspection Provinciale de la Santé IPS Sud-Kivu exigent le départ de leur inspecteur accusé de mauvaise gestion.

Pour exprimer leur mécontentement, ces travailleurs organisent un sit in à leur bureau depuis le mercredi 4 Septembre 2019.

Ces agents et leurs dépendants ont brulé des pneus devant leur bureau et certains y ont même passé nuit depuis mercredi jusque vendredi 6 septembre 2019. Une aucune activité ne s’y effectue car toutes les portes sont bloquées.

Selon ces agents, certains d’entre eux ne sont plus rémunérés car l’inspecteur a augmenté le nombre des agents et c’est le surplus d’agents qui perçoit les salaires des autres.

« nous revendiquons le départ de notre chef car depuis qu’il est arrivé, la gestion est opaque. Pour bien réussir son coup, il a commencé par diviser le personnel en deux parties. Il s’est créé une équipe avec laquelle il travaille et c’est la seule équipe qui bénéficie de tous les avantages notamment les missions de service. Pourtant cette équipe ne peut pas à elle seule couvrir le travail assigné à l’Inspection Provinciale de la Santé qui est appelée à contrôler trente-quatre zones de santé. A l’heure ouu je vous parle, nous sommes en pleine période de passation des examens de deuxième session mais tous les inspecteurs sont encore dans la ville. Mais il est allé à la cité pour recruter des gens qui vont contrôler la passation des examens », déclare l’un des agents Mugugu Mpuruta Pascal.

Ils demandent qu’un audit externe soit mené en vue d’établir les responsabilités.

Contactez, le médecin inspecteur de l’IPS rejette ces accusations et renseigne que les agents qui revendiquent ne sont pas reconnus par ce service de l’état.

« ce sont des gens qui était dans le district sanitaire or ça c’est fini il y a longtemps. Demandez-leur s’ils ont des affectations s’ils peuvent en avoir. Moi je n’ai aucune lettre venant d’eux. Quand j’ai fait la remise et reprise avec mon prédécesseur, j’avais 28 personnes. Ce sont ces gens-là que je dois envoyer en mission. Tout le monde ne peut pas aller en mission », se défend le responsable de l’Inspection Provinciale de la Santé au Sud-Kivu Emery Lumoyo.

Ces agents et cadres de l’IPS compte durcir leur grogne jusqu’à trouver satisfaction à leurs revendications.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top