Sud-Kivu: l’AFDC-A veut que son quota de 5 ministères nationaux soit déduit de celui du FCC

Alors qu’ils devraient manifester jeudi 15 Aout 2019 à travers une marche pacifique sur les grandes artères de la ville de Bukavu pour réclamer le quota de leur regroupement politique au sein du prochain gouvernement central, les membres, cadres et sympathisants de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés au Sud-Kivu ont été contraints de se regrouper à leur permanence situé à la Place de l’Indépendance.

Cette marche qui devait partir de la Place de l’Indépendance jusqu’au gouvernorat de province ou un mémorandum devrait être remis entre les mains du Gouverneur, elle a été interdite par le maire de Bukavu Bilubi Ulengabo Meshack évoquant la menace de la maladie à virus Ebola sur la ville.

C’est ainsi que les militants ont été obligés de se terrer dans le bureau de leur permanence. C’est ici que le mémorandum adressé au Président de la République et devrait être remis au Gouverneur a été lu devant la presse.

Dans la même déclaration, la fédération de l’AFDC-A au Sud-Kivu interpelle le Président de la République sur les tentatives de dédoublement des partis politiques et les pratiques débauchage orchestrés par certains acteurs politiques.

« … Excellence Mr le Président de la République, vous avez été le premier à rejeter catégoriquement l’idée de dédoublement des partis politiques et regroupements politiques ainsi que la tendance à institutionnaliser les conflits internes en ces derniers. Vous êtes donc le mieux placé, en tant que garant du bon fonctionnement des institutions de la République, pour arbitrer toute querelle visant à exclure l’AFDC-A du gouvernement en cours de formation et ce malgré son poids politique… », poursuit ce regroupement politique avant d’ajouter « … c’est dans ce cadre que nous saluons votre courageuse décision de rejeter la première monture du gouvernement pour n’avoir pas tenu compte de votre vision du changement résumé dans votre devise LE PEUPLE D’ABORD et vous prions d’exiger la déduction du quota AFDC-A de celui du Front Commun pour le Congo FCC car ayant été négocié avant son autonomisation… ».

La fédération de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés demande également au Président de la République de barrer la route à tous « les usurpateurs, à tous ceux qui s’adonnent du débauchage de nos cadres élus » ainsi que ceux qui s’activent à déstabiliser ce regroupement.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top