Kalehe: la situation sécuritaire toujours volatile suite à la présence des FDLR

La présence de plus de 5000 éléments identifiés comme appartenant aux Forces Démocratiques pour la libération du Rwanda FDLR dans les collines de Ziralo et Mubuku en territoire de Kalahe demeure une menace pour les habitants de Bunyakiri, Hombo-Sud et Kalonge.

Selon le chef de poste d’Etat d’encadrement administratif de Hombo-Sud Pontien Musomerwa Bikulongabo, la présence de ces éléments a fait que des groupes d’autodéfense Raiya Mutomboki puissent se réactiver à nouveau visiblement pour contrecarrer des éventuelles attaques.

Il précise que ces groupes d’autodéfense ont même réussi à attaquer une position de l’armée régulière samedi 1er  Mai dernier et à cette occasion un militaire a été tué et trois armes AK47 emportées dans le village de Kambegete situé entre Hombo Sud et Bunyakiri.

Le chef de poste d’Encadrement Administratif de Hombo-Sud dit craindre des éventuels affrontements entre ces éléments FDLR et les groupes armés nationaux, une situation qui pourrait causer des conséquences au sein de la population civile.

Pontien Musomerwa Bikulongabo appelle l’autorité et la 33ème Région Militaire à intervenir dans l’urgence afin de prévenir tous les risques.

« la situation ici chez-nous n’offre pas de signe d’assurance. Tout peut arriver à tout moment. Vous savez qu’il y a des FDLR évalués à plus de 5000 qui sont venus de Walungu et Shabunda au Sud-Kivu et d’autres encore de Masisi au Nord-Kivu. Ces éléments ont pris la direction du groupement de Ziralo et Mubuku dans les hauts plateaux de Kalehe. Selon les informations à notre possession, ils sont lourdement armés. Cela a fait que des miliciens mai mai Raiya Mutomboki se remettent en mouvement visiblement pour se défendre au cas où les FDLR attaquaient la région. Ils sont très agités et pourraient même attaquer ces FDLR. C’est un danger permanent. Nous appelons l’autorité provinciale et la 33ème Région Militaire à s’investir et mettre hors d’état de nuire tous ces groupes armés nationaux et étrangers… », alerte l’agent territorial.

Rappelons que déjà au mois de Mai dernier, les habitants de Bunyakiri, Kalonge et Hombo ainsi que la communauté des ressortissants de ces entités vivants à Bukavu avaient manifesté contre la présence de ces éléments FDLR.

Le chef de poste d’encadrement administratif de Hombo-Sud appelle par ailleurs le Gouverneur de province à s’investir afin de mettre fin au parallélisme dans l’administration territoriale à Hombo-Sud et à Bunyakiri.

Selon Pontien Musomerwa, ce parallélisme qui crée un disfonctionnement se manifeste par la présence de deux personnes qui se disputent la gestion de ces entités.

Il estime que la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans ces entités ne permet pas de continuer à entretenir cette confusion car l’ennemi pourrait en profiter pour s’infiltrer.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top