Affrontements à Fizi: plus de 25 mille déplacés en situation humanitaire déplorable

Les représentants des quatre communautés vivant dans les secteurs de Tanganyika, Lulenge et Itombwe dans le territoire de Fizi déplorent la situation humanitaire dans laquelle vivent plusieurs déplacés ayant fui les affrontements intercommunautaires dans les hauts plateaux de Minembwe.

Selon le Capitaine Dieudonné Kasereka, ce sont ces trois secteurs sont les plus touchés par les violences depuis le début du mois de Mai 2019 entre les communautés Banyindu, Banyamulenge, Bafuliru et les miliciens Ngumino.

Ils ont présenté leurs doléances, vendredi 16 Mai, à la délégation conduite par le ministre provincial des travaux publics et infrastructures l’ingénieur Adolphe Bizimungu Doli en compagnie de certains députés provinciaux natifs du milieu.

Dans leurs interventions, plusieurs notables ont démontré que des villages ont été incendiés dans ces trois secteurs depuis l’assassinat du chef Kawaza de la communauté Banyindu.

Selon le bilan présenté par l’armée régulière, cinq personnes ont déjà perdu la vie depuis le début des conflits mais la société civile parle plutôt de plusieurs morts appartenant à chacune de ces communautés.

Selon le porte-parole des opérations Sokola 2 Sud Sud-Kivu le Capitaine Dieudonné Kasereka, des écoles ont été détruites et les hôpitaux pillés. De même, plus au moins 25milles personnes vivent en déplacement à Minembwe centre et dans la forêt.

Le bourgmestre de  cette commune rurale parle de trois à quatre mille  familles logées dans les familles d’accueil à Minembwe centre et manquent de quoi manger.

S’adressant à la population lors d’un meeting le samedi 17 Mai 2019, les leaders locaux, les députés et ministres provinciaux originaires des hauts plateaux de Minembwe ont condamné toutes les violences faites par les uns contre les autres.

L’un d’eux et Ministre provincial du budget Muller Manassé Ruhimbika demande à leurs frères de penser aux développements de fizi et éviter les violences car cela ne fait que retarder leur terroir.

De son côté, la communauté « Bashi » qui exerce plusieurs activités économiques dans une grande partie du territoire de Fizi regrette les conséquences économiques de ces conflits intercommunautaires.

Toutes les communautés ont profité de l’occasion pour présenter leurs états de besoin humanitaire auprès de la délégation. Le chef de la délégation Adolphe Nizimungu Doli a promis de les remettre au gouvernement provincial du Sud-Kivu pour que les humanitaires interviennent le plus tôt possible.

Une dépêche obtenue grâce au porte-parole du secteur opérationnel Sokola 2 Sud Sud-Kivu, le Capitaine Dieudonné Kasereka, qui vient fraichement de la zone.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top