RDC: JED exige la reprise des procès des journalistes assassinés sous Kabila

L’humanité célèbre ce Vendredi 03 mai la journée mondiale de la liberté de la presse.

Les activités liées à cette journée se tiennent à Addis Abeba en Ethiopie depuis ce Jeudi et se clôturent (demain) Vendredi. Cette journée est célébrée  sous le thème mondial « le rôle des médias dans les élections et  la démocratie ».

Au Sud-Kivu,  l’Union Nationale de la Presse du Congo UNPC organise, ce même vendredi 3 mai, un café de presse dans les Etablissements Saint Luc sur avenue Patrice Lumumba en Commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu.

Sous le thème «  les relations entre les médias et les organisations de la société civile en temps de désinformation », les chevaliers de la plume et du micro du Sud-Kivu vont réfléchir sur l’état des lieux de  l’édit provincial portant protection des journalistes et défenseurs des droits humains, la couverture du processus électoral et la responsabilité du journaliste face à la désinformation.

Toujours par rapport à cette journée, l’ONG Journaliste En Danger JED demande solennellement aux nouvelles autorités de la RDC de rouvrir les procès de tous les journalistes assassinés sous l’ancien régime afin que les principaux suspects répondent enfin de leurs actes.

L’Etat de droit souhaité par le nouveau pouvoir doit être la résultante de la cessation de la culture de l’impunité qui a été érigée en système de gouvernement sous le régime du Président Joseph Kabila, au pouvoir pendant 18 ans.

Enfin, JED demande au nouveau pouvoir en RDC de faire de la protection des journalistes et de la réforme du cadre juridique qui punit les délits de presse des peines de prison, une priorité, s’il souhaite effectivement que les médias deviennent « véritablement un quatrième pouvoir », comme il l’a promis le Président de la République lors de son discours d’investiture.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top