Walungu: accusées de sorcellerie, les femmes de Lubona courent un danger

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile NDSCI sous noyau de Lubona dans le territoire de Walungu dénonce le phénomène dénommé « Mujakazi » (femme qui se fait passer pour prophétesse avec des pouvoirs surnaturels) actuellement en vogue dans cette partie de la province du Sud-Kivu.

Cette dernière également appelée « Mutinda » se dit avoir le pouvoir de tester le degré de sorcellerie chez toutes les personnes suspectes ou accusées pratiquant la magie noire.

Selon le président de la NDSCI sous noyau de Lubona Salvator Zihalirhwa, la majorité de vieilles femmes et des veuves de cette partie sont les plus victimes de ces pratiques.

Il précise que le cas le plus récent est celui d’une femme de Lubona qui a trouvé la mort après  avoir été accusée de sorcellerie par les habitants du milieu.

Salvator Zihalirhwa explique que pour découvrir que quelqu’un est sorcier ou pas, les habitants de Lubona font recours cette prophétesse qui, à son tour, oblige l’incriminé à consommer des feuilles crues et autres matières impropres à la consommation.

Notre source explique que pour le dernier cas, cette prophétesse a fait consommer des feuilles de manioc crues à une femme incriminées qui en est mortes quelques minutes plus tard.

Le président de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile dans le groupement de Lubona que c’est le décès des personnes accusées qui prouve aussi leur sorcellerie selon la « Mujakazi ».

Salvator Zihalirhwa appelle les autorités à tous les niveaux à intervenir dans l’urgence pour mettre fin à ce système qui viole les droits humains.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
scroll to top