Accueil Politique Sud-Kivu:Après 12 ans de législature, le vice-président Gilbert Ngongo parle d’un bilan...

Sud-Kivu:Après 12 ans de législature, le vice-président Gilbert Ngongo parle d’un bilan positif

186
0

Les députés provinciaux du Sud-Kivu appellent le gouvernement à transmettre dans deux semaines à dater du samedi 29 le projet d’édit budgétaire de l’année 2018 à l’Assemblée Provinciale.

Ceci pour leur permettre de l’examiner et le voter dans un temps record avant le début de la campagne électorale qui pourrait empêcher la tenue des plénières vu que certains députés sont candidats aux élections du 23 décembre prochain.

Cet appel est contenu dans le discours prononcé par le vice-président de l’organe délibérant du Sud-Kivu lors de l’ouverture de la session parlementaire de septembre 2018, samedi 29 septembre dernier.

Dans cette allocution, Gilbert Ngongo Lusana a rappelé que cette session est la dernière pour l’actuelle législature et, selon lui, le bilan est positif.

Il cite 24 sessions parlementaires en raison de 2 par an, plus de cinquante mille recommandations, 500 plénières convoquées, plusieurs auditions en commissions, 60 édits votés à part les édits budgétaires et plus de 500 missions de contrôle.

Il a alors émis le vœu de voir le même élan se poursuivre pour la prochaine législature qu’il appelle mettre un accent particulier sur la politique de l’habitat pour mettre fin aux incendies et autres catastrophes que connaissent la ville de Bukavu en particulier et la province du Sud-Kivu en général.

Dans ce même discours, le vice-président de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu Gilbert Ngongo Lusana a évoqué la question sécuritaire avec les assassinats ciblés mais estime qu’il faudrait pas s’avouer vaincus.

C’est dans ce sens qu’il appelle tous les habitants à se ressaisir car, selon lui, ceux qui insécurisent la ville ne sont pas des extra terrestres mais plutôt vivent dans des maisons dans la ville même.

Signalons qu’aucune autorité civile ou militaire de la province n’a pris part à cette cérémonie pourtant cela était devenu une pratique.

1 Commentaire

  1. Bon, Ngongo ne doit dire que ça mais, la conscience est à shabunda sa terre qu’il avait insulté et sa tête à bukavu . la politique est une science des ingrants et des excrots